AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quête de paix ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Yunie
Nouveau né(e)
Nouveau né(e)


Messages : 3
Points de message : 6
Points de réputation : 1
Date d'inscription : 04/05/2010

Détails perso
Race: Inconnue
Classe: Aucune
Divinité: Aucune

MessageSujet: Quête de paix ?   Jeu 10 Juin - 18:48

Le soleil tendre embrasait tranquillement les derniers rayons lunaires. Le ciel, quant à lui, reprenait tout docilement sa fameuse couleur azur. Les forêts, elles, devenaient claires et les animaux nocturnes rentraient doucement dans leurs abris avec l’âme en peine que de n’avoir rien attrapé. Leurs amis volatiles prenaient la place, progressivement, commençant à faire résonner leur doux chant pour souligner la naissance d’un nouveau jour, le tout en chassant de leurs ailes la rosée du matin qui s’était imprégné sur le paysage. Pendant ce même temps, les fleurs ouvraient leurs magnifiques pétales multicolores libérant ainsi leurs arômes dans la prairie laissant, en prime, un vent délicat empli de bonnes odeurs. La chaleur affrontait déjà le froid au meurtre dans un combat ralenti et sans action. Une petite brise frôlait également l’herbe ainsi que les animaux diurnes qui venaient à peine de sortir de leurs loges de fortune. En soit, c’était une clairière qui aurait ravi jusqu’au cœur de la plus grande brute qui pouvait exister. Normalement désert d’humanoïdes, cet endroit ne montrait aucune peur à l’approche de la silhouette qui y était arrivée de par les bois. En effet, une femme s’y trouvait, aux habits de soie turquoise et à l’allure aussi saine qu’un étalon en plein galop. Une sorte de jupe en dentelle blanche prônait des pantalons assortis au haut. Sa peau était aussi foncé que la précédente nuit avec des reflet lumineux, soit d’un gris relativement foncé. Ses cheveux d’un classique noir de jais aussi enchanteur que l’onyx, simplement magnifique. Quant à ses yeux, d’un rouge sauvage et sanglant. À sa main gauche, une épée relativement fine à la garde en or et sertie de rubis, d’émeraudes, de jades et d’alexandrites. À la droite, un bouclier avec les mêmes décors, mais qui présentait un cœur en son centre et qui cette fois était serties de perles, de diamants, d’onyx et d’améthystes. Elle présentait à ses pieds des bottes de cuir brun qui touchait le sol avec autant de gracieuseté que de magnifisme. On devinait facilement qu’elle était envoûtée par cette «magie» qu’arborait, à première vue, cette forêt dite paisible et sage. Malgré le pollen qui l’assénait de toutes ses forces, elle ne bronchait pas, elle préférait continuait de troubler l’herbe qui, au sol, tremblait de peur. Tout cela, malgré la délicatesse avec laquelle elle était se déplaçait.

Se déplaçant avec grâce, elle prenait même soin de ne piétiner aucune fleur qui soit, trop en harmonie avec la nature qui y régnait, elle rêvait même de s’y fusionner pour se prélasser et prendre une pause de sa vie de combattante qui l’épuisait lentement, mais sûrement. Depuis des jours elle n’avait eu ni mission ni combat, mais elle était bien ainsi, dans la paix la plus totale… à l’abris des guerres, du moins c’est ce qu’elle croyait. Elle rangea son épée dans son fourreau et s’assit au sol, pensant à ce que pouvait être la vie sans toutes ces batailles inutiles pour l’amour et contre la mort. Si seulement les dieux avaient pu léguer à certains hommes le droit de tout savoir, de tout entendre, de tout voir, peut-être qu’enfin les batailles auraient été évitées et que les guerres auraient été annulées avec un traitement de faveur pour le peuple rebelle ou etc. D’ici là, les gens devraient vivre avec cela, qu’ils le veuillent ou non, dans son cas, Yunie, car là était le nom de cette navrante femme qui se servait du silence comme refuge, avait été obligée de vivre avec, engagée dès son plus jeune âge pour sa dextérité et ses pouvoirs. Malgré ses réticences à la guerre, on l’avait forcé et si elle quittait l’armée de son royaume, sans doute serait-elle châtiée à mort. Sans connaître cet endroit, elle aurait préféré rester ici plutôt que de repartir vers les chantiers de feu qui a eux seuls formaient la désolation de tout un peuple et la mort d’un autre. Et bien sûr, il ne fallait avoir aucun regret à tuer, à mettre à l’agonie ou à réduire à l’esclavage un homme, qu’il soit roi, seigneur, bourgeois ou simplement serf. Quel dommage que de vivre dans un monde où seule la violence règne et où la paix n’a de place qu’aux enfers.

Perdue dans ses pensées, Yunie n’entendit pas immédiatement le bruit de pas qui avait fait frémir le gazon. Qu’est-ce que faisait un deuxième être ici alors que jamais dans cette prairie il n’y avait eu d’autres vies que celle des animaux ? Quand les pas furent à deux mètres d’elle, elle les entendit enfin. Elle ouvrit les yeux et découvrit une silhouette, éblouie par la lumière, elle ne put voir ses traits. Trop tard pour user de ses pouvoirs, elle préféra se lever à son tour mais ne dégaina ni son épée, ni ses dagues, ni même l’arc caché dans son dos. On pouvait dire qu’elle était armée, et pas qu’un peu, encore là, des lames étaient cachées. Elle continua de regarder fixement l’intrus afin de l’identifier, mais le succès ne fut pas, même la télépathie n’aura pas été de grand support en ce cas. La gorge asséchée par la soif, elle devait être là à penser depuis au moins deux bonnes heures si le cas en était ainsi, elle se racla la gorge pour enfin ouvrir une voix douce et flatteuse.


- Salutations… jeune… homme ? Que de surprise que de rencontrer un autre fervent de ces forêts en un endroit pareil… Aurais-je la chance que de savoir ce que vous faites ici ? Ou devrais-je attendre que d’être en danger ?

Ses paroles n’étaient, certes, pas polies, mais qu’auriez-vous dit à sa place ? Rien… je m’en doutais, vous l’auriez craint. Voilà une raison de plus pourquoi les guerres se déclenchent, tout le monde les craint. De part et d’autre, elle considéra la personne sans trop pouvoir découvrir ne serait-ce que le sexe de cet individu étrange qui n’avait point parlé depuis son arrivée en ce lieu enchanteur, sans doute était-il charmé comme elle ou alors il n’avait pas de voix ou en dernier cas préférait garder le silence le plus total pour rester mystérieux et par le fait-même un ingrat sage… très sage.



[AV]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Messages : 161
Points de message : 315
Points de réputation : 29
Date d'inscription : 13/04/2010
Age : 507

MessageSujet: Re: Quête de paix ?   Sam 12 Juin - 12:53

Après un silence obstiné, l'homme, toujours ébloui par la lumière, parla, d'une voix calme et douce ; mais cette genre de voix, que l'on ose pas couper :

??? : Yunie. L'heure est grave. Ne rester pas là, à vous prélassez dans la forêt! Vous avez une tâche bien plus importante à accomplir...

Yunie : Mais qu'est-ce que vous racontez?! Qui êtes-vous? Comment connaissez-vous mon nom? Montrez-vous!

Mais au lieu de répondre aux questions pressantes et quelque peu impolies de Yunie, l'homme se contenta de dire, en gardant un ton neutre :

??? : Écoutez moi. Vous devez retourner à votre campement, aux Raälia Delana. Là, ramassez vos affaires, prenez avec vous un compagnon de confiance, et qu'un, et puis partez! Loin! Vous ne devez pas rester ici. ILS arrivent. ILS vous ont trouvé. Et dites à vos gens de faire de même ; de partir par petites groupes, dans diverses directions. Car ceux qui resteront seront tués...

Yunie : Et au nom de quoi et pourquoi devrais-je vous croire, vous, étranger à mes yeux éblouis de votre lumière ou de celle du soleil ou je ne sais quoi!

??? : Yunie...

Alors il s'approcha doucement de la femme. Elle pu voir alors le visage de son interlocuteur apportant ces nouvelles si inattendues. Elle savait bien sûr que les temps étaient de guerre... Elle avait eu vent des Ragnor et de leur conquête - mais Naëredor avait été épargné de celle-ci (du moins pour l'instant). Reste que... ce que lui murmura à l'oreille le grand homme, d'apparence jeune, aux yeux blancs et à la toge de même couleur ; ce qu'il lui dit, l'apeura. Cela la mis dans un état de détresse... chose rare chez un femme aussi puissante, fière et courageuse face à tous les danger - presque. En tout cas maintenant, elle croyait cette homme, il en est sûr : car elle partit, courant à une vitesse bien supérieure à celle de n'importe quel Humain, même le plus rapide. Enjambant par des sauts immense rivières et troncs d'arbres. La peur se lisait dans ses yeux de sang, et bien vite, l'homme qui l'avait mise dans un tel était ne pouvait même plus l'apercevoir au loin, car elle disparu dans les bois sombres de la Grande Forêt.

[...]

Le soleil était presque couché quand Yunie, après une course folle et épuisante dans la forêt, arriva à son campement. Tout le monde paraissait fort étonné de la voir arriver ainsi, toute sale de sa traversée radicale dans des bois denses, mouillée de son passage dans une rivière trop large pour être enjamber, même de ces jambes puissantes. Et énervée, au point d'avoir l'air enragée. Mais bien vite, elle repris son calme habituel et les autres soupirèrent de soulagement, car certains commençaient à croire qu'elle avait été victime de quelque sorcellerie.

Yunie s'éclaircit la gorge puis parla, certes un peu vite mais sans panique, afin d'expliquer la situation :

Yunie : Mes amis! ..... nous sommes en danger. En grand danger. Les Zingdär nous ont trouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quête de paix ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Les differents gangs de Martissant auraient fait la paix
» Paix a son ame: Une autre Victime du Chaos
» QUE LA PEUR SOIT ET LA PAIX FUT !
» Repose en paix Mireille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'Era :: Le Monde (RP) :: Istranor :: Pointe du Midi (Naëredor) :: La Grande Forêt-
Sauter vers: